Blood Story 2012

13 mai 2008

J-100 Le compte à rebours commence... Death Note

showimg

Je suis une psychopathe. Une tueuse en série.

Dans cent jours exactement, des gens vont mourir, et ce sera de ma faute. Et je ne le regrette même pas. Je n’ai aucune compassion pour eux.

D’un seul mouvement du poignet, je peux éliminer n’importe qui. Il me suffit d’avoir un stylo, et, bien sur, mon Death Note. Je ne frappe pas au hasard. Je choisis soigneusement mes proies. Je les observe bouger, rire, vivre… jusqu’à connaître le moindre de leurs mouvements, le moindre élan de leur âme. Jusqu’à les aimer à la folie. Ou jusqu’à les haïr, ce qui, finalement, revient au même.

Et puis je les tue.

Dans cent jours exactement, des gens commenceront à mourir sous vos yeux. Mais je ne serai jamais punie. Personne ne me jugera pour ces crimes. Personne ne me condamnera. Pire : Je serai libre de continuer à sévir en toute impunité. Je pourrai continuer au grand jour ce que j’ai toujours fait dans le plus grand secret, dans le plus grand silence. Je pourrai continuer à faire souffrir mes proies. Coupables ou innocent, je sais comment torturer chacun d’entre eux. Je connais leurs points faibles. Et je frappe toujours là ou ça fait le plus mal. Immanquablement.

Vous les verrez mourir. Vous les suivrez dans leur agonie. Qui sait, peut-être certains survivront-ils ? Après tout, je ne suis pas un monstre…

Je suis un écrivain.

Posté par Suok chan à 02:15 - - Commentaires [6] - Permalien [#]


14 mai 2008

J-99... Requiem for a Dream

2398008Et vous, avez-vous un rêve ? Ça vous dirait de passer à la télé ?

Vous êtes beau, jeune, et fort, ou bien vieux, moche et chétif ? Vous aimeriez changer la face du monde même si vous ne savez pas exactement comment ? Entrez, alors. Entrez dans le monde merveilleux de Blood Story.

Dans mon monde, on ne vous demandera pas de perdre du poids pour pouvoir enfiler une robe rouge décidément trop étroite. On ne vous demandera pas de vous prostituer ou de prendre de la drogue. Vous n’aurez ni à chanter, ni à danser, ni même à avoir des idées originales. Vous n’aurez besoin d’aucune qualité, d’aucun talent. Vous n’aurez besoin de rien pour devenir une idole. Vous aurez tous cette chance.

Seulement…

Seulement sachez que chaque rêve a son revers de la médaille. On finit toujours par le découvrir tôt ou tard. Chaque rêve a son prix à payer. Il ne faut jamais Jamais l’oublier.

Et vous, avez-vous un rêve ? Ça vous dirait de passer à la télé ?

Et jusqu’où iriez-vous, vraiment… jusqu’où iriez-vous pour devenir célèbre ?

Posté par Suok chan à 21:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 mai 2008

J- 94... funny games

FG_wp003_1280Dix personnes enfermées dans une Villa dont les moindres gestes sont retransmis en direct dans tout le pays, ça ne vous dit rien? Des spectateurs qui votent pour celui ou celle qui devra quitter définitivement les lieux et voir ainsi s'envoler ses rêves de gloire, ça ne vous dit toujours rien? Si? Je m'en doutais un peu...
Et bien oubliez le passé!
Blood Story est un jeu beaucoup plus drôle que tout ce que vous avez pu voir jusqu'à présent. ( BS est un roman, mais c'est aussi un jeu - car le roman parle du jeu - vous me suivez?)
Règle N°1: Pas de désistements.
Règle N°2: On joue jusqu'à la fin.
Règle N°3: Celui qui perd meurt.

Rigolo non?
Simplement, là où ça devient moins drôle, c'est lorsque quelqu'un que vous aimez passionnément fait partie des dix joueurs...

Voici l'intrigue du roman :

2012 . la télé-réalité est devenue trash. Sous le masque hypocrite et bon enfant du politiquement correct, un concept diabolique fait fureur : Blood Story, le jeu où le seul but est de rester en vie. Au départ, dix personnes dans une villa de rêves. Un seul survivant à l'arrivée. Tous les trois jours, le public choisit une victime et un bourreau. Le bourreau a 30 minutes pour exécuter la sentence...
Facile ? Pas tant que ça quand on ne possède ni armes ni objets tranchants.

A 19 ans, Susanne a passé le casting. Elle fait partie des dix élus. Pourtant, à voir son corps frêle et son air d'enfant qui aurait grandi trop vite, il paraît invraisemblable qu'elle ait été choisie pour entrer le soir même dans la Villa.

Pour Christophe, son frère, cette idée est ignoble, insupportable. Il essaye de la convaincre de tout laisser tomber, en vain. Christophe sait qu'elle n'a aucune chance de survivre. Mais que peut-il faire face à cette énorme machine à détruire qu'est la télé-réalité ? Et les yeux rivés sur le petit écran, impuissant, il compte les jours...


Posté par Suok chan à 21:37 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

22 mai 2008

J-91... The others



sdenwxinkhMon meilleur ami adore les bonbons. Je lui en apporte souvent quand je viens le voir.

Et voyez-vous, je me fiche totalement que cela puisse choquer les gens. Il adore les bonbons, alors je lui en apporte. Point.

D'ailleurs, je me fiche également de cette expression étrange qu'ils prennent lorsqu’ils me voient parler avec lui. C’est vrai que nous n’avons rien en commun, et alors ? Est-ce qu’il faut forcément se ressembler pour être bien ensemble ?

J’ai le droit de parler avec qui je veux, non ? Ce que les gens peuvent être sectaires, parfois, je vous jure…

En général, on passe notre temps à discuter. Parfois on se fait un pique-nique, lorsqu'il fait beau. Pas de quoi fouetter un chat, vous voyez bien.

Ce qui ne les empêche pas de nous jeter des regards outrés. J’ai même entendu quelqu’un s’exclamer « C’est scandaleux ! » une ou deux fois. Pourtant, on ne fait rien de mal :  Ce n’est pas de sa faute, à mon ami, s’il est dans cet état.

C’est vrai qu’il n’a pas toujours été comme ça. Depuis quelque temps il n’est plus que l’ombre de lui-même. Avant il soulevait 120 kilos tous les soirs dans la petite salle de sport qu’il avait aménagée dans sa cave, et, lorsqu’il riait, sa voix était aussi puissante qu’un grondement de tonnerre.

Il ne rit plus, mon ami.

Mais est-ce une raison suffisante pour que j’arrête de venir le voir ?

Je ris pour deux, c’est tout. Ainsi tout est comme avant, ou presque.

Ça choque les autres de me voir aussi gaie. C’est qu’ils ne comprennent pas.

Ils ne comprennent pas que je ris pour deux.

Ce jour là j’étais venue lui annoncer la bonne nouvelle. Et c’est ce jour là que, pour la première fois, il m’a vue pleurer.

- Mon roman va être publié ! Le premier éditeur à qui je l’ai envoyé a accepté le livre tout de suite, tu te rends compte ?

En temps normal il m’aurait soulevée de joie dans les airs. Avec mes 42 kilos, il m’aurait arrachée du sol aussi facilement que l’on soulève une plume… mais il est resté impassible, et j’ai senti une énorme vague de tristesse s’emparer de tout mon être. Tout à coup, les larmes se sont mises à couler d’elles mêmes sur mon visage. Elles se sont mises à couler tranquillement, comme un fleuve en crue dont les eaux débordent après un orage. Je n’ai pas cherché à les arrêter.

- C’est à toi que je vais le dédier, ai-je ajouté calmement, surprise de constater que ma voix était presque joyeuse.

Il n’a rien répondu mais cela n’avait aucune importance.

J’ai souri en regardant le jour décliner lentement à travers les arbres.

- Il faut que je parte, maintenant. Mais je reviendrai. La prochaine fois j'apporte de la musique.

J’ai ramassé les restes du pique-nique, fourré une fraise tagada dans ma bouche, puis, le cœur léger, à peine consciente du regard choqué que m’a lancé le vieil homme qui passait près de moi, je suis sortie.

Oui, c’est avec le cœur léger que je suis sortie du cimetière.

Posté par Suok chan à 21:55 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

27 mai 2008

J-86... Blood Story : Vivez votre plus belle histoire de mort!

292772_DBSVMLNBVN7N2OOUP3J4LPALKXDBSG_cendrillon_4_H092019_LA la base, le principe de Loft Story était de permettre aux participants de trouver l'âme soeur (d'où le jeu de mots sur Loft et Love Story)... On se rappelle d'ailleurs tous la belle et tragique histoire d'amour née à l'intérieur de la piscine du loft, comparée à laquelle l'idylle de Roméo et Juliette n'est rien de plus qu'un vulgaire scénario des "feux de l'amour" (et encore, écrit avec les pieds).
Shakespeare peut aller se rhabiller.
On voit bien, à lire ses pièces, qu'il n'avait pas la télé ce pauvre type.

J'ai, moi aussi, voulu faire un jeu de mots avec la phrase-accroche de Blood Story (Car moi aussi - parfois - j'ai de l'humour): Ainsi, "Vivez votre plus belle histoire d'amour!", devenait: "Vivez votre plus belle histoire de mort!"
Mais mon éditeur ne s'est pas montré vraiment enthousiaste:
- On ne peut pas mettre ce genre de phrase sur la couverture, m'a-t-il dit. Elle risque de faire peur aux gens.
- Elle ne me fait pas peur, à moi!
- Oui mais toi, tu n'es pas une référence. Tout le monde ne peut pas avoir l'esprit tordu. (une pause, puis:) Heureusement, d'ailleurs.
- Ah bon...

Du coup, j'ai élaboré quelques mignonnes petites phrases-accroche trop chou avec l'aide de mes frères qui ne sont pas aussi tordus que moi mais qui y travaillent beaucoup. Il y a eu, dans le tas:

- Gagnes ou Meurs (au moins c'est direct)
- Entre. Joue. Meurs (pour les Nolife)
- Et si vous mourriez pour de vrai? (optimiste)
- Bientôt sur vos écrans (visionnaire)
- Jusqu'où iriez-vous pour devenir célèbre? (introspectif)

Mon éditeur a opté pour la dernière proposition, la jugeant "moins pire" que les autres.
Je me suis fait une raison. Au bout de plusieurs mois, j'ai presque réussi à l'aimer. Je l'ai même mise en titre du blog!
Et au final, voici le résultat:

DSCF1625

Il faut croire que finalement les lecteurs ne sont pas si peureux que ça...

Et vous? Qu'en pensez-vous ??

Posté par Suok chan à 21:17 - - Commentaires [4] - Permalien [#]


31 mai 2008

J- 82... Basic Instinct

30138158Je ne suis rien qu’une faible femme.

Et c’est vrai, je le reconnais… Peut-être que ma tenue était un peu trop moulante ce jour-là. Peut-être.
Peut-être que je n’aurais pas dû traîner seule dans un endroit douteux à une heure aussi tardive. Peut-être.
Mais je m’étais perdue, j’étais fatiguée et j’avais besoin de repos. Que voulez-vous… je ne suis rien qu’une faible femme.

Parfois la vie est vraiment trop injuste.
Ils étaient trois, et moi j’étais seule.
Voilà ce que c’est : On a la tête pleine de rêves, d’espoirs et de projets. On pense être invincible jusqu’à ce que trois types mal rasés arrivent et que tout soit réduit à néant. J’ai tout essayé pour me débarrasser d’eux, en vain. On ne peut pas faire entendre raison à ces gens-là.
Vous savez, quoi… une fois qu’ils sont partis dans leur délire…

Le pire, c'étaient les autres. Ceux qui passaient, au loin. Qui passaient comme des automates. Faisant mine de ne rien voir, de ne rien entendre. Il ne s’en est pas trouvé un seul pour s’arrêter et crier à l’aide.

Lorsqu’ils m’ont jetée à terre je n'ai même pas essayé de m'enfuir.
J’ai tout juste eu le temps de penser : Je meurs. Lorsque soudain j'ai vu une chose par terre. Une chose longue et lourde. je l'ai saisie sans hésiter, et, avec les dernières forces qu'il me restait, je leur ai tous explosé la tronche, à ces immondes bâtards. Et je n'ai pas eu un soupçon de remord en dépouillant leurs cadavres avant de prendre la fuite. Après tout, ils l'avaient bien cherché.

Pourtant parfois la vie est vraiment trop injuste…
On se croit maligne, et finalement on n'est rien d'autre qu'une stupide et faible femme.
Parce que j'étais arrivée jusqu’au niveau 10, voyez-vous. J'étais arrivée jusqu'au niveau 10 lorsque le pc a buggué. Et je n’avais même pas sauvegardé la partie.

Posté par Suok chan à 12:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

04 juin 2008

J- 78... Sans contrefaçon, je suis...

medium_Lacee
D
ans certains commentaires aussi bien que par messages privés, certains ont évoqué le fait que je pourrais être un garçon.

Bien que cela me flatte immensément - et malgré tout le plaisir et les avantages que je pourrais tirer à en être un - je tiens tout de même à confirmer mon appartenance au beau sexe, plus communément appelé "sexe féminin".
En d'autres termes, je suis bel et bien une fille.
(Bien que ce ne soit, je vous l'assure, qu'un pur fruit du hasard et que personne ne m'ait jamais demandé mon avis sur la question.)

Afin de vous en apporter la preuve irréfutable et clore ainsi définitivement la question, j'ai décidé de dévoiler une partie de mon intimité...

A savoir le contenu de mon sac à main.

DSCF1644

 

Ce sac contient (de haut en bas et de gauche à droite):

Un roman « Pélagie et le moine noir » que je lis en ce moment (Parce que Boris Akounine est la J.K.Rowling au masculin.)

Des stylos (Parce que pour écrire l’encre c’est toujours plus pratique que le sang.)

Mon Notebook  « Emily the Strange » : (Parce qu’un écrivain… ça écrit.)

Un manga « Ludwig Revolution » (Parce que je prépare un Cosplay de Blanche-Neige pour la Japan Expo.)

Une boite à maquillage minuscule (Mais vous seriez surpris de voir tout ce qu'il y a dedans !)

Un savon « Soap Story » (Qui ne sert à rien mais j'adore le nom…)

Un échantillon de parfum « Black XS » (Pour sentir bon quand on s’évade…)

Un collier de pseudo Gothique

Un rouge à lèvres
« Dr. Hauschka » (Qu’on m’a filé au festival de Cannes.)

Un coquillage et un bâton de cannelle que j’ai piqué au Spa d’Enghien-les-Bains. (Et qui depuis traînent au fond de mon sac de voleuse.)

Des clés (Pratique pour ne pas défoncer les portes).

Un portefeuille avec plein de cartes plus ou moins utiles dedans.

Un flip vidéo qu’une amie m’a rapporté des USA

Mon dictaphone chéri : l’outil indispensable pour un écrivain (Parce qu’il faut saisir l’inspiration au vol)

Un portable tout pourri (Mais que j’aime parce que c’est le Motorola que j’ai vu dans « Dal Kom Han In-Saeng »)

Un lecteur MP3 offert par mon frère (pour toujours trouver la bonne ambiance lorsque j’écris)

Une clé USB (Parce que je l’avais oubliée là.)

Posté par Suok chan à 07:30 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

10 juin 2008

J-72... Loft Story vs Battle Royale

J'ai adoré Battle Royale. J'ai détesté Loft Story.
Il est donc tout naturel que Blood Story soit un mélange des deux.( Enfin, dans ma logique tordue, en tout cas)

Blood Story sortira le 21 Août 2008... autrement dit dans 72 jours exactement.

Je vous préviens donc, au cas où vous auriez envie de l'acheter, que la couverture ressemblera à ça:

blood_story

Ou encore à ça:

blood_story

Normalement le choix de l'éditeur est déjà fait, mais il n'est peut-être pas encore trop tard... alors si vous pouviez me donner votre avis sur la couverture qui vous plaît le plus, je serais bien contente (Et si vous pouviez me dire que vous préférez la deuxième, je serais encore plus contente!!!)

Posté par Suok chan à 22:32 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

05 juillet 2008

J- 47... Voir et pouvoir

1355684192Nous sommes tous amenés à nous séparer de la personne que l’on aime un jour ou l’autre.
Pour une heure, un mois, un an, peu importe…
C’est toujours douloureux.
Toujours aussi douloureux de se séparer de la personne que l’on aime.

Et, lorsque, un sourire factice scotché aux lèvres, vous agitez joyeusement la main en guise d’adieux  en laissant cette personne disparaitre progressivement de votre champ de vision, une multitude de questions délirantes submergent votre esprit fébrile : «  Et si elle ne revenait jamais ? S’il lui arrivait quelque chose ? Si elle me quittait, se faisait renverser par une voiture, emporter par un cyclone, un tsunami, un tremblement de terre, devenait amnésique, tombait dans le coma, perdait la tête, se faisait prendre en otage, séquestrer par un maniaque, embarquer dans une secte? «
Jamais vous n’avoueriez avoir de telles pensées. Rien, dans votre comportement, ne laisserait trahir votre angoisse.
Pourtant…

Pourtant s’il était possible, ne serais-ce qu’une seconde, de jeter un coup d’œil par le trou d’une serrure afin de savoir ce que fait cette personne au moment même où elle est loin de vous, vous vous sentiriez tout de suite plus rassuré...
Ridicule, n’est ce pas ?
Oui, les pensées ridicules ne manquent jamais lorsque l’on aime.

A présent, imaginez qu'elle parte dans un lieu tout à fait particulier.
Une Villa, pour être tout à fait précis.
Une Villa où sur dix personnes, une seule sortira vivante à la fin du mois.
Bien entendu, le problème de savoir ce qu’elle fait ne se posera pas. Vous pourrez vous plonger non seulement dans son quotidien, mais également au cœur d’une intimité que vous ne lui soupçonniez même pas…

Et après ?

Que feriez-vous si ce que vous voyez ne vous plait pas du tout ? Vous vous taperiez la tête contre les murs ? Ça vous avancerait à quoi?
Car quoi qu’il lui arrive, vous seriez totalement impuissant. Vous n’auriez aucun moyen de changer ni le cours de ses actions, ni les conséquences qui en résultent.

Et finalement, c’est exactement de cela qu’il est question…
La violence n’est qu’un prétexte.
Les massacres organisés ne sont qu’un prétexte.
Le jeu entier lui-même n’est qu’une immense mise en scène afin de suivre la déchéance de  Christophe, qui assiste, en direct, aux « aventures » de sa sœur dans la Villa .
Car contrairement à ce que l’on pourrait penser, Susanne n’est pas le personnage central du livre. Ou alors seulement par procuration.
La moindre de ses actions est perçue au travers des yeux de son frère qui, à l’approche de chaque duel, se pose irrémédiablement la même question : Susanne sera-t-elle désignée par le public pour être le prochain bourreau, ou pire : la prochaine victime ?

A chaque fois que sonne l’heure fatidique, il n’a qu’une peur : Voir sa sœur mourir devant ses yeux sans qu’il ne puisse rien faire pour la sauver.

Et, alors que Susanne affiche son bonheur devant des millions de téléspectateurs, à quelques centaines de kilomètres d’elle, dans la pénombre d’une maison aux rideaux tirés où la télévision semble être la seule source de lumière et de vie,  c’est une lente descente aux enfers qui commence pour Christophe…

Posté par Suok chan à 22:33 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

09 juillet 2008

J-42... Japan Expo: Blanche-Neige et les 7 péchés capitaux

 
199865969"C'était l'hiver. Une reine cousait, assise auprès d'une fenêtre dont le cadre était en bois d'ébène, tandis que la neige tombait à gros flocons. En cousant, la reine se piqua le doigt et quelques gouttes de sang tombèrent sur la neige. Le contraste entre le rouge du sang, la couleur de la fenêtre et la blancheur de la neige était si beau, qu'elle se dit : Je voudrais avoir une petite fille qui ait la peau blanche comme cette neige, les lèvres rouges comme ce sang, les yeux et les cheveux noirs comme les montants de cette fenêtre."

La petite fille vint au monde. Elle avait bien la peau blanche comme neige, les lèvres rouge comme le sang, mais son cœur, lui, était noir comme les ténèbres...

Tout ça pour vous dire que mon cosplay de Blanche-neige était bien loin du gentil Disney d'origine. (cf le manga dans mon sac à mains) J'allais pas faire une gentille, non plus, faut pas pousser, hein.

Notez au passage que notre groupe a remporté le 3ème prix du costume dimanche... ce que j'ai toujours autant de mal à m'expliquer vu les costumes sublimes de certains participants. Ce résultat fait partie pour moi des grands mystères de l'univers: Mais je ne cherche pas à comprendre. Je dis simplement merci.

Voici également en vrac les quelques photos que j'ai réussi à prendre au détour des allées:

DSCF1978


DSCF1937


DSCF1940


DSCF2026


DSCF1981

DSCF2013


DSCF2015


DSCF2017


Posté par Suok chan à 14:10 - - Commentaires [3] - Permalien [#]